VEOTHERM 

355, Allée Jacques Monod

69800 Saint-Priest - Lyon - France

Tél: +33 (0)4 26 22 16 55

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • LinkedIn - White Circle
  • Google+ - White Circle
  • P

Reproduction interdite-Propriété de VEOTHERM ©- Création VEOTHERM 2016 - Crédit Photo  VEOTHERM - FOTOLIA-123RTF.

Neuf personnes sur 10 respirent un air trop pollué, selon l’OMS

28 Sep 2016

Dans un rapport publié ce mardi, l’Organisation mondiale de la santé tire à nouveau la sonnette d’alarme.
C'est un nouveau rapport sur la qualité de l'air qui fait frémir. Après l'OCDE au début de l'été , puis la Banque mondiale il y a une quinzaine de jours , c'est au tour de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de tirer la sonnette d'alarme. S'appuyant sur des données provenant de 3.000 lieux, essentiellement des villes, à travers le monde, ce nouveau rapport conclut en effet que pas moins de 92% des habitants de la planète vivent dans des lieux où les niveaux de qualité de l'air extérieur ne respectent pas les limites fixées. 

 

Et plus précisément les limites sur la qualité de l'air ambiant pour les particules fines dont le diamètre est inférieur à 2,5 microns (PM2.5). Une situation alarmante pour le Dr Maria Neira, directrice du département Santé publique à l'OMS, qui estime qu'une « une action rapide pour faire face à la pollution atmosphérique est nécessaire d'urgence ».

 

 

Des solutions existent

Pour autant, la situation n'est pas totalement désespérée. « Il existe des solutions, notamment des systèmes de transports plus viables, la gestion des déchets solides, l'utilisation de poêles et de combustibles propres pour les ménages ainsi que les énergies renouvelables et la réduction des émissions industrielles », estime-t-elle en effet.

Car, pour l'OMS, les principales sources de pollution de l'air sont identifiées : « les modes de transport inefficaces, les combustibles ménagers, la combustion des déchets, les centrales électriques alimentées au charbon et les activités industrielles », concourent à cette situation.
 

Trois millions de décès

Une situation mortelle puisque, selon l'OMS, quelque trois millions de décès par an sont liés à l'exposition à la pollution de l'air extérieur. Des estimations plus anciennes, remontant à 2012, avançaient que près de 6,5 millions de décès (soit 11,6% des décès dans le monde) étaient associés à la pollution de l'air extérieur et à la pollution de l'air intérieur. De son côté, il y a quelques semaines, la Banque mondiale a chiffré à 5,5 millions le nombre de personnes qui, en 2013, sont décédées du fait de la pollution atmosphérique. 

Les limites établies par l'OMS pour ces particules sont une moyenne annuelle de 10 microgrammes par mètre cube. Les PM2.5 comprennent des polluants comme le sulfate, les nitrates et le carbone noir, qui pénètrent profondément dans les poumons et dans le système cardiovasculaire, ce qui représente un risque grave pour la santé humaine.


 
Please reload

Articles importants

VEOTHERM "FAIRE AUTREMENT POUR PRESERVER LE MONDE DE DEMAIN"

28 Jan 2018

1/10
Please reload

Articles récents
Please reload

Archive
Please reload